Revivre en Centre Bourg – Pieusse – France

RECB_1

Type : CONCOURS d’IDEES, URBANISME, PIEUSSE 11300, Aude
Surface : -
Maîtrise d’ouvrage : CAUE de l’Aude
Budget : – euros

Le projet d’intervention urbaine dans la ville de Pieusse pose une approche conceptuelle autour de l’écrivain Joseph Delteil : « Ourson d’aspect, Cathare d’âme, paléolithique de cœur » C’est là, dit-il, son ´ village natal , au coeur des CorbiËres, o˘ le paysage s’élargit, o˘ líon passe de la forÍt au soleil, de l’occitan au français.
Fils d’un ´ bouscassier ª (= b˚cheron, qui s’occupe du bosquet), et d’une mère ´ buissonnière ª (=qui préparait des fagots), Joseph Delteil est issu
d’une famille plutÙt pauvre mais a développé durant ses jeunes années un lien très fort avec le bois.
Il raconte même que nourrisson, on le posait seul sur de la mousse verte au milieu des arbres. Son amour du bois se retrouve aussi dans ses
dernières années lorsqu’il retournera dans le Sud de la France pour cultiver la vigne. Il s’agit donc là d’un lien instinctif entre l’écrivain et le bois.
Pour lui, le bosquet est un lieu idéal, un lieu de confort o˘ virevoltent les roitelets, son oiseau fétiche.
Inspiré des écrits du poète, le projet développe un parti pris de « nids urbain » comme principe d’intervention.
Ceux-ci s’inspirent conceptuellement des nids d’oiseaux pour répondre aux problématiques du centre bourg.
L’idée est de concevoir une série d’outils d’intervention reproductibles et adaptables ‡ d’autres contextes tout en s’ancrant dans une rÈalitÈ construite,
historique et culturelle du centre bourg de Pieusse.
Le nid du jardinier satiné devient le fil d’Ariane dans l’espace publique.
Le nid du roitelet est réinterprété pour former des jardins ou des annexes sur les toits des constructions basses. Selon les cas il
offre un prolongement extérieur aux logements, une possibilité d’extension lumineuse pour les pièces ‡ vivre.
Le nid du pic retranscrit un remembrement de plusieurs parcelles ou âtiment pour remanier la composition intérieure des logements.
Les nids collectif des républicains sociaux, s’appuie sur une possibilité d’intervention (annexes ou bâtiment vide) pour imaginer
la vision d’un organisme unique sur un « ilot » et y mutualiser l’accès pour tous ou la production d’énergie renouvelable.
Le nid du tisserand recrée  un appendice d’accès verticale pour tous.
Ces nids s’appuient sur un procède constructif 100% durable, renouvelable et cher à Joseph Delteil, le bois.
Le projet prend appuie sur le nombre important de bâtiments annexes pour imaginer une série d’outils d’intervention pour améliorer
les qualités ‡ vivre du centre bourg. Les vides structurant la cristallisation minérale du bourg sont magnifiés pour créer un fil conducteur de trame verte à rez-de-chaussée. Sur les toits, les successions d’annexes supportent les prolongement extérieurs et créent une séries de jardins suspendus tels des nids.
Les bâtiments vides sont le support d’intervention plus lourdes qui peuvent avoir valeur d’exemple.
Ainsi le projet architectural développe l’ensemble de 4 bâtiments vides situé entre les rues Mgr. Dillon et rue du Cadenel pour
mettre en pratique le parti-pris urbain. Situé ‡ proximité immédiate d’une série d’annexes l’aménagement permet également de donner
un accès vertical aux logements occupés qui jouxtent le projet au nord. L’idée maitresse est d’offrir des qualités supplémentaire aux
constructions existante gr‚ce ‡ l’intervention plus lourde sur les bâtiments vides.
Ceux-ci utilise le principe du remembrement pour remanier complétement les dispositions intérieures des logements.
On offre ainsi une double orientation et des prolongements extérieurs ‡ tous les logements. Un jardin commun est créé ainsi
qu’un local de production d’énergie renouvelable commun ( via le dispositif de captation solaire RawLemon ) et potentiellement connectable ‡ tout l’ilot.
La façade de l’ensemble développe une structure extérieures en bois lazurÈ blanc parÈ d’un complexe de double paroi de polycarbonate doté d’une
isolation opalescente (type dampatherme). Ce dispositif permet de préserver l’intimité des logements tout en les dotant d’une isolation thermique
performante ainsi qu’ une grande qualité de lumière. Sur les prolongements extérieurs privatifs, le verre remplace le polycarbonate et s’ouvre sur
les terrasses

RECB_2 RECB_3 RECB_4 RECB_5

icon-car.pngFullscreen-Logo
Revivre en Centre Bourg

chargement de la carte - veuillez patienter...

Revivre en Centre Bourg 43.082800, 2.255070